Pour les foules acheteuses
Qui n'y prennent pas garde
Coincées entre les lignes
Des denrées bien rangées
Y a comme des intrus
Des petits riens du tout
Qui voltigent dans l'air
De leurs supermarchés

Y a comme des diablotins
Invisibles et malins
Qui se cachent pour voir
Lequel de ces humains
Ils vont empoisonner
Car elles sont bien méchantes
Ces petites créatures
Leur plaisir est de rendre
Malades les humains

Figurez-vous que moi
Contre toute évidence
Je n'ai pas eu l'idée
Qu'ils pouvaient me choisir
Et bien si voyez-vous
C'est bien ce qu'ils ont fait
Et me voilà atteinte
Du mal qu'ils distribuent

Prenez garde amis
Ne traînez pas vos guêtres
Dans ces lieux malfamés
Grouillants de petits êtres
Malfaisants  sans pitié
Car l'attrait de l'endroit
Dissimule à nos yeux
Plein de mauvaises choses...

Lloassignature 10 février An XVIII