mercredi 21 décembre 2011

Croire

Croire

Quand nos Terres sont brûlées
Par le souffle glacé

Quand les peines ont conquis
Notre joie incertaine

Quand la Rive s'éloigne
Des possibles sourires

Quand le doute s'installe
Dans nos cœurs épuisés

Il reste quelque part
Dans un Rêve inconnu

Un zephyr de tendresse
Qui reviendra nous prendre

Nous rendre la justice
De nos vies lacérées

Et nous saurons alors
Que nous avons raison

De croire en l' Amitié.

Pour Nicole et René.... Lloassignature 21 décembre An XI

Posté par Lloas à 08:16 - - Permalien [#]
Tags :


jeudi 8 décembre 2011

8 décembre

8 décembre

Une nuit de lumières...

Non pas dans l'exagération d'une ville orgueilleuse...

Mais dans la simplicité de quelques lumignons posés sur la fenêtre...

Pour rappeler au monde

la Volonté de Vivre

modestement mais sûrement...

Fraternellement!

Lloassignature

Posté par Lloas à 09:31 - - Permalien [#]
Tags :

lundi 5 décembre 2011

Un dimanche de décembre

Un dimanche de décembre

Il sonne des sourires
Des mots de contentement
Envahissant l'espace
De douceurs impatientes
L'air vif du dehors
Collé sur les manteaux
Se mélange à loisir
A la chaleur confiante
De l'attente comblée
Échange de bonjours
Tendresse transparente
Des cœurs qui se retrouvent.

Et la table reçoit
Ses convives espérés
Et les verres se lèvent
Et l'harmonie s'installe
Dans la félicité
De la magnificence
Des mémoires partagées
Bourdonnement des mots
Éclatement des rires
Frémissement des peines
Mélange d'allégresse
Et d'attentions discrètes.

La table est maculée
Des restes de plaisir
Mais la fierté s'invite
Pour distraire le silence
Les murs se redressent
En sachant prisonniers
Le brouhaha des cœurs
Qui ont laissé l'empreinte
De leur cordialité.

Pour Yvette, Maurice, Nicole, Alain, Lloassignature 5 décembre An XI

 

 

Posté par Lloas à 10:54 - - Permalien [#]
Tags :

mercredi 30 novembre 2011

Boucles et papillon

Boucles et papillon

Tes boucles brunes
Doucement se posent
Sur l'aile du papillon

Coussinet de fortune
Y cherchent mille choses
Y trouve une moisson

De rayons de lune
De parfum de roses
De tendresse à foison.

...Pour Martine et Maxime...Lloassignature 30 novembre An XI

Posté par Lloas à 10:33 - - Permalien [#]
Tags :

jeudi 24 novembre 2011

Regards croisés

Regards croisés

Regarder ces visages justes
Ecouter leurs mots légitimes
Au creux de l'émotion
Entre deux vraies gorgées
De saveur licite
Au parfum libertaire

Goûter l'humble pacte exemplaire
Entre possible et fantastique
Sur le cercle douillet
Des chemins retrouvés
Entre fureur de vivre
Et repos du guerrier

Accorder les actes manifestes
Et les rayonnements clandestins
Dans l'ombre lumineuse
Des respects engageants
Sur le fil des possibles
Et des simplicités

Renouer le passé comblé
Et le présent abandonné
En franchissant le pont
De la reconnaissance
Discrète et généreuse
Et retrouver la paix
Dans nos regards croisés.

...Pour Evelyne, Isabelle, Martine...Lloassignature24 novembre An XI 

 

Posté par Lloas à 10:58 - - Permalien [#]
Tags :


lundi 7 novembre 2011

Il a écrit...

Ecole_Publique

Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne.../...

Où rampe la raison, l'honnêteté périt.

Victor Hugo

Posté par Lloas à 12:31 - - Permalien [#]
Tags :

jeudi 3 novembre 2011

"C'est un modeste"

Sur cette Terre soumise
Aux affres des puissants
Dissimulateurs couards
De leurs revers prospères

Dans ce Pays charmant
Qui se vend et se perd
Sous les phares délusoires
Des espoirs démunis

Ils veulent faire de Toi
L'idéal immobile
Et glorieux des possibles

Toi, qui parles aux étoiles
Et fais rêver la lune
Poète des grands soirs
Enchantés de musique

Toi, qui fais rire les anges
De tes jurons coquins
Troubadour des nuages
Revigorés de mots

Conteur facétieux
Qui n'a pas peur de dire
Ménestrel conséquent
Pour l'oreille qui entend

Ami des fraternels
Aux repas partagés
Aux Jeannes des cités

Défendant l' inconnu
Pourvu qu'il soit affable
Cet Auvergnat des rues

Amoureux des princesses
Aux robes déchirées
Aux Grâces Roturières

Fidèle aux plus petits
Aux sans grade oubliés
A ces Pauvres Martins

Craignant la solitude
Des parvenus sans âme
Et sans Mât de Cocagne

Déplorant tendrement
Ces sacrifices vains
Des Oncles patriotes

Marchant droit devant lui
Sans le Clairon Qui Sonne
Ni la Musique Au Pas

Se gaussant de la loi
Quand elle mène à la corde
Pour un Juge En Bois Brut

Pudiquement païen
Par cette Marguerite
Au scandale inventé

Boudant les infamies
Des Grossiers Appétits
Et des Gros Dégueulasses

Remplissant nos mémoires
Du rythme généreux
Valsé du Vieux Léon
De Rondes en Complaintes
De Ballades en Supplique

Toi, qui semblais savoir
Où était la limite
Des Hommes et de leurs actes
Le Temps ne Faisant Rien
A l'Affaire disais-tu

Mais Toi, qui les voulais
Humains libres et honnêtes
Responsables et dignes
Modestes et heureux
Ils vont figer ton âme
Dans une statue de pierre...

Et là je sais que tu
Leur Donnes Ton Billet
Qu'ils n'ont rien compris...

Lloassignature 3 novembre An XI, à Georges Brassens                

Brassens_2 Photo Archives AFP

Pour l'aide textuelle précise et précieuse, merci à

http://brassens.pagesperso-orange.fr/index.html

Posté par Lloas à 18:01 - - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 10 octobre 2011

Il a écrit...

politique

La politique ne se résume pas au choix d’un candidat aux élections,
c’est une manière de vivre.

Constantin Costa-Gavras

Posté par Lloas à 12:02 - - Permalien [#]
Tags :

lundi 26 septembre 2011

Les nuées

Les nuées

Les nuées des plus rien
Dessinent des orages
Sombres de vie perdue
Flottant dans l'air vicié
Des fortunes pesantes
Trouées de gloire funeste
Et gavées de mépris
Le passant n'a de cesse
D'écorcher vif encore
Le blessé de la rue
Qui ne sait plus sourire
Le badaud épuisé
Ne trouve rien à faire
Qu'à jeter son aumône
Dans la main qui se tend
Arrogance méfiante
De ce héros lassé

 
Lui, citoyen illustre
Rescapé des tempêtes
Qui lui tournent autour
Dans le froid douloureux
De sa peur indicible
Il passe son chemin
Sans un mot caressant
Pour cet autre lui-même
Qu’il sait possible d'être
Il laisse derrière lui
L'orage qui le menace
Dans l'obscurité crainte
Des nuées des plus rien.

Lloassignature26 septembre An XI

Posté par Lloas à 10:47 - - Permalien [#]
Tags :

mardi 16 août 2011

Elle n'en avait pas l'air

Elle n'en avait pas l'air

Elle n'en avait pas l'air. C'est à dire qu'elle souriait souvent, à tout le monde. Alors je me demandais si elle faisait vraiment la différence entre ceux qui le méritaient et ceux qui n'en avaient que faire. Certes bien agréable, son sourire semblait une sorte de clé immuable encourageant la sympathie et, avec le temps et l'habitude, devenait déconcertant.

Elle n'en avait pas l'air. C'est à dire qu'on ne savait pas si elle était confiante, vraiment confiante. Alors je me disais qu'elle ne devait pas trop savoir, dans sa vie bousculée, où se trouvaient, encore, ses vrais alliés et d'où pouvaient venir, encore, ses possibles adversaires.

Or, ce soir de juillet, elle s'est avouée parfaitement capable de trouver d'autres sourires pour nous et, avec une volonté appliquée, nous a écrit, parlé, partagé sa reconnaissance et son amitié. Rien ne l'y obligeait.

Depuis quelques semaines, elle demandait régulièrement nos emplois du temps de fin de semaine Affairée, chez elle, avec ses enfants, travaillant toute la semaine, elle n'avait pas le loisir de s'occuper de nous. J'imaginais que ses questions étaient les preuves de l'intérêt qu'elle voulait nous porter et surtout nous montrer.
Un jour, pourtant, elle insista beaucoup, expliquant que les vacances arrivaient et que nous allions être séparés dans le temps et l'espace. Avant cette trève d'été, elle désirait nous recevoir un soir pour dîner. Aux objections concernant le temps trop court, les frais engendrés, l'organisation difficile elle rétorquait qu'elle pouvait prévoir, que ce serait un dîner modeste et qu'elle y arriverait. Et elle poursuivait en nous parlant de son envie de pouvoir, enfin, nous avoir à sa table, chez elle.

Devant tant d'insistance, rendez vous fut pris pour un vendredi soir à dix neuf heures.
Ce jour là, je lui avais proposé de garder ses enfants un peu plus tard. Elle m'avait dit vouloir rentrer chez elle rapidement après ses heures de travail. Nous lui ramènerions les petits.
Nous avons été retardés par je ne sais quel contre temps et déjà, à dix neuf heures trente, elle s'inquiètait de ne pas nous voir arriver.
Nous avons garé notre voiture pas très loin et continué, à pieds, en suivant la petite rue villeurbannaise, comme en procession: les enfants, leurs parrain et marraine et nous deux. Un code connu nous a ouvert la porte de l'allée. Nous avons gravi les escaliers jusqu'au premier étage, accompagnés par une délicieuse odeur de plat cuisiné flottant dans l'air, puis traversé le long couloir menant à la porte d'entrée; le fumet était de plus en plus présent. C'était bien de chez elle qu'il se dégageait. Nous avons plaisanté sur le fait d'être rassurés, nous allions bien manger...

Quelques petits coups frappés à la porte et voilà notre hôtesse radieuse qui nous ouvre et nous accueille avec un sourire tout neuf: celui d'une satisfaction évidente et un rien de malice.

Nous entrons dans le coquet petit appartement que nous savions déjà bien aménagé mais nous sommes, dès l'entrée, surpris par de nouveaux éléments de décoration disposés avec soin et délicatesse. Le portrait de Grand-mère, suspendu sur le mur gauche du petit corridor, pour nous souhaiter la bienvenue. Grand-mère sera donc avec nous par la pensée. Sa fille en a décidé ainsi, avec tout l'amour qu'elle lui a toujours porté.
En avançant, nous découvrons une vraie table de fête! Le couvert est dressé sur une nappe violette (clin d'oeil à ma couleur préférée) parsemée de petites étoiles brillantes. Le bougeoir, offert par les jeunes marraine et parrain pour Noël, a été placé au centre de la table avec trois bougies rouges (sa couleur préférée) allumées. La lumière est tamisée. Une petite musique de fond est dispensée par la télévision. Les grignotages d'apéritif sont installés deci delà sur la table. Un plaisir des yeux et du coeur. Le respect des convives et une invitation au partage!
Au mur, bordant la table, sont accrochés les portraits de Lui et d' Elle avec toute la volonté de nous montrer leur connivence en cet événement. Elle en a décidé ainsi, avec toute la tendresse qui nous a toujours unit à Lui. Sur un autre mur elle a fixé le petit tableau que nous lui avons offert pour son anniversaire. Elle a acheté quelques fleurs blanches qu'elle a disposées dans un grand vase en verre pour parfaire l'ambiance chaleureuse et faire de cette pièce modeste un espace élégant

Saisis, nous complimentons notre hôtesse dont les yeux brillent de plaisir devant notre surprise. Son sourire se mue en rire franc et je suis contente de la voir ainsi.

Nous sommes debouts autour de la table. Elle se presse vers le réfrigérateur pour ramener une bouteille de champagne Mumm Cordon Rouge, son champagne préféré à Lui. Son sourire explose de plaisir d'entendre nos protestations mêlées à nos compliments sur son attention à tout ce qui peut nous réunir.
Nous nous apprêtons à trinquer quand elle nous arrête et se glisse dans sa chambre, contiguë à la pièce principale. Elle réapparaît avec quatre roses qu'elle tend à chacun de nous avec un sourire timide en expliquant qu'elle avait envie de faire un geste pour nous. Chaque rose a une couleur différente, blanche, ourlée rose, rouge, ourlée orangée. Sur le papier cellophane qui les enveloppe est épinglée une petite carte au recto de laquelle figure une image accompagnée d'une petite phrase d'amitié ciblée pour chacun. Elle a écrit quelques lignes au verso, nous accordant une pensée particulière et affectueuse.

Elle reste silencieuse pendant que nous lisons. Son sourire s'est effacé un peu sous le coup de l'émotion qu'elle vient de provoquer mais il revient vite, lumineux, devant le rire étonné de l'un, le sourire satisfait de l'autre, la tendre constatation de l'une, la débordante émotion de la dernière et pour chacun de nous quatre, cette discrète reconnaissance, affectueuse récompense, ô combien appréciée!

Elle coupe court aux remerciements et nous trinquons, les yeux dans les yeux. Je jette un regard furtif à Lui qui nous regarde, qui serait heureux avec nous et si fier d' Elle!
Elle s'asseoit en bout de table et là, verre à la main, elle commence un discours empreint d'une solennité qu'on ne lui connaissait pas, nous dit avec ferveur et gravité tout ce qu'elle a à nous dire, depuis sans doute longtemps, choisissant ses mots, s'excusant de son mauvais français (qui ne l'est pas) et insistant, répétant, reprenant afin d'éterniser ce moment qu'elle veut très important, beau et sûr, l'imprimer dans nos têtes et nos coeurs afin que jamais nous ne l'oubliions.

Nous l'écoutons, médusés, presque gênés par tant de gratitude avouée et de sentiments révélés, tout en nuances, entre officiel et chaleureux, pudique et courageux. Voilà, elle a fini et se lève, satisfaite. Son sourire est fier mais apaisé. Les nôtres sont intimidés mais heureux.

Mais voilà qu'il n'y a que quatre chaises et nous sommes sept. Qu'à cela ne tienne, elle va manger assise sur le vieux fauteuil dit-elle. Nous nous arrangeons pour qu'elle reste avec nous bien sûr, afin que que nous mangions ensemble; c'est à nous de lui faire comprendre qu'elle a et doit garder sa place parmi nous.
Et arrive le grand moment du repas, le point d'orgue de toute cette grande et minutieuse préparation de générosités: elle nous présente un plat qu'elle a choisi "de son pays", préparé avec ardeur, pour en trouver les ingrédients rares en notre ville, et application, pour le réussir parfaitement, à sa façon. Et commence le vrai partage par cet intime don de soi qu'est la cuisine et ce profond plaisir d'en accepter et d'en déguster les saveurs.

Ce qui nous a fait plaisanté, avant d'arriver, remplit toutes nos espérances; ces mets sont délicieux et les réflexions bigarrées qui les accompagnent nous remplissent, tous, d'allégresse. Une page se tourne, les rôles ont été inversés et nous sentons, tous, que le nouveau chapitre sera celui des échanges généreux et confiants.
Elle aura prévu le café, puisque nous l'aimons. Nous boirons encore le champagne apporté pour arroser les licences réussies des jeunes parrain et marraine. Le couvert levé et la vaisselle propre, nous restons tard dans la soirée. Nous sommes bien dans ce simple petit appartement  devenu, l'espace d'un soir, une immense salle de réception où les plus belles richesses ne se voient pas mais se vivent.

En partant, encore abasourdis d'émotion, nous la remercions avec autant de bonheur qu'il est possible.
Son sourire a la couleur de celui des gens de bien, satisfait, heureux, sûr et confiant, que j'espérais tant. Merci.

Lloassignature16 août An XI, à Valérie et ses deux soleils

 

Posté par Lloas à 09:57 - - Permalien [#]
Tags :