mercredi 13 janvier 2010

Sous les paquets de discours...

Sous les paquets de discours

Votre président

ou votre ministre

peuvent vous aider

à arrêter de penser

 

Faites-vous aider

pour arrêter de penser:

téléphonez au

EL IS EZ MOI

(appel gratuit)

 

La pensée contient

du caractère,

des idées, du rêve et

du courage

 

Protégez les enfants :

ne leur faites pas

développer leur pensée

 

Penser peut nuire

aux règlements et

réduit la tranquillité

 

Penser pendant

la grossesse nuit à l’obéissance

de votre enfant

 

Penser nuit gravement

à votre assimilation et à celle

de votre entourage

 

Penser bouche les cerveaux

et provoque des

maladies paranoïaques et

des attaques morales

 

Arrêter de penser

réduit les risques

de maladies sensibles et

généreuses mortelles

 

Penser provoque

le cancer mortel

de révolution

 

Les penseurs

meurent

prématurément

 

Penser tue

 

signature_Lloas13 janvier An X

Avec la généreuse collaboration, bien involontaire, des slogans étatiques anti-tabac... 

 

 

 

 

Posté par Lloas à 11:59 - - Permalien [#]
Tags :


vendredi 8 janvier 2010

Il a écrit...

ubu_roi_Alfred_JarryDessin Alfred Jarry "Ubu Roi"

On ne peut voir que il n'y a plus aucune ténèbre de puissance.
Le
pouvoir aveugle, la gloire assombrit.

Christian Bobin

Posté par Lloas à 10:31 - Permalien [#]
Tags :

jeudi 7 janvier 2010

Célestin Freinet

C_lestin_Freinet

Pédagogue français, né le 15 octobre 1896 à Gars dans les Alpes-Maritimes, mort le 8 octobre 1966.

Blessé à la poitrine lors de la guerre14/18, ne pouvant parler longtemps, il ne pouvait faire la classe de façon traditionnelle. Certaines lectures, en particulier de Dewey, l'aident à concevoir une pratique pédagogique qu'il appellera "moderne"

Freinet élabore une  pédagogie rigoureuse fondée sur des techniques novatrices : plan de travail, production de textes libres, imprimerie, individualisation du travail, enquêtes et conférences, ateliers d'expression-création, correspondance scolaire, éducation corporelle, réunion de coopérative (OCCE). Il expérimente sa conception de l'enseignement en fondant une école à Vence, devenue publique en 1991
.-.-.-.-.-.-.
« À l’école Freinet, il faut l’avouer, des grilles il n’y en avait pas. Nous nous sommes engouffrés dans la classe en désordre et en chahut, sans cartables, sans rangs et sans appels. Une école à discipline gentille. Chacun a choisi sa place, je me suis précipité contre la fenêtre où les pins viennent jouer si près de votre joue qu’on se croirait dehors. (…) On ne m’a pas demandé grand chose. Les autres se sont occupés comme s’ils n’avaient jamais quitté la classe, ils se sont organisés par petits groupes pour faire de l’imprimerie, de la gravure et du dessin, ils s’expliquaient les choses comme des artisans. Ils pouvaient parler assez fort. Papa Freinet passait d’un groupe à l’autre avec un bon conseil, il n’avait pas de blouse et comme il était petit on aurait dit une classe sans instituteur avec des enfants qui jouent à être devenus grands. Il n’y avait pas de livres, rien pour trahir les mauvais yeux. »

René Frégni 

Le voleur d'innocence (Editions Folio_Gallimard)

le voleur d'innocence _Regni

Le narrateur, un petit garçon turbulent prénommé René-Jean,se souvient de l’école de Vence.

Avec mon attachement à Madame Marcel, Institutrice Publique,
ma reconnaissance à Monsieur Marcel, Conseiller Pédagogique
et mes remerciements à
Monsieur Brossat, Inspecteur Départemental de l'Education Nationale
...
Joss
_7 janvier an X_

Posté par Lloas à 11:33 - - Permalien [#]
Tags :

mercredi 6 janvier 2010

Poème pour une peinture...Toits sous la neige/Gustave Caillebotte

neige_caillebotte_encadr_

Sous les tuiles mariées

Les volets amoureux

Les cheminées liguées

Les arbres ténébreux

La ville prend des airs

De lourde intrigue blanche

Mystérieuse et muette

Elle enferme en ses murs

Tous nos zèles citadins

Cotonneuse et discrète

Elle se pare de silence

S’enferme dans les ombres

Impénétrable et sûre

Elle mure ses chaleurs

Elle cache ses ardeurs

Calfeutre ses bonheurs

L’hermine de ses toits

Rempart inaccessible

Domine nos caprices

Protège nos passions

Les nuées froides et grises

Salies par les fumées

Abusent nos consciences

Se jouent de nos clartés

Laissent à croire l’abandon

Mystifient l’atmosphère

Pesant sur la cité

Gardienne des secrets.

 

signature_Lloas 6 janvier An X

Posté par Lloas à 08:24 - - Permalien [#]
Tags :

lundi 28 décembre 2009

Séraphine Louis

S_raphine_Louis Photo: Anne-Marie Uhde

Née le 3 septembre 1864, d'un père "manouvrier" et d'une mère paysanne.En 1901, elle travaille comme femme de ménage dans les familles bourgeoises de Senlis. Tout en travaillant, elle se met à peindre à la bougie dans un grand isolement, en mélangeant Ripolin, huile d'église, sang, boue, herbes pilées...et accomplit une œuvre considérable. Le collectionneur d'art allemand Wilhelm Uhde, installé à Senlis en 1912, découvre ses peintures et lui apporte son soutien. Il organise une exposition Les peintres du Cœur sacré qui permet à Séraphine d'accéder à une certaine prospérité financière. Gravement perturbée par la "grande dépression" de 1930, et les difficultés dans le marché de l'art, qu'elle ne comprend pas,  elle sombre dans la folie et s'arrête de peindre. Elle meurt à L'Hôpital Psychiatrique de Clermont le 11 décembre 1947.

Ses œuvres sont exposées par WilhemUhde : en 1932, exposition Les primitifs modernes à Paris ; en 1937-38, exposition Les maîtres populaires de la réalité, à Paris, Zürich, New-York (MOMA) ; en 1942, exposition Les primitifs du XX° siècle à Paris ; en 1945, exposition consacrée à Séraphine seule à Paris.

Lui ont été consacrés:  en Octobre 2008 , un film "Séraphine"de Martin Provost avec Yolande Moreau; du 1er octobre 2008 au 5 janvier 2009, une exposition "Séraphine Louis dite Séraphine de Senlis", au Musée Maillol à Paris

Possèdent plusieurs de ses œuvres: Le musée Maillol à Paris, le musée d'art de Senlis, le musée d'art naïf de Nice et le musée d'art moderne Lille Métropole à Villeneuve-d'Ascq 

Posté par Lloas à 18:19 - - Permalien [#]
Tags :


dimanche 27 décembre 2009

Jus de pomme et Gitane en chocolat...

Jus de pomme et gitane en chocolat

Une chorale de petits "Serge Gainsbourg"

 

ECOUTER et VOIR

Posté par Lloas à 13:11 - - Permalien [#]
Tags :

lundi 21 décembre 2009

Melocoton

Melocoton et Boule d’Or
Deux gosses dans un jardin ...

Melocoton, où elle est Maman ?
J’en sais rien; viens, donne-moi la main
Pour aller où ?
J’en sais rien, viens

Papa il a une grosse voix
Tu crois qu’on saura parler comme ça ?
J’en sais rien ; viens, donne-moi la main

Melocoton, Mémé elle rit souvent
Tu crois qu’elle est toujours contente ?
J’en sais rien ; viens, donne-moi la main 

Perrine, elle est grande, presque comme Maman
Pourquoi elle joue pas avec moi ?
J’en sais rien ; viens, donne-moi la main

Christophe il est grand, mais pas comme Papa
Pourquoi ?
J’en sais rien ; viens, donne-moi la main

Dis Melocoton, tu crois qu’ils nous aiment ?
Ma petite Boule d’Or, j’en sais rien
Viens...  donne-moi la main

Mots et musique

 Colette Magny

Album CD "Trésors chansons françaises" tr_sors_chansons_fran_aises

Cliquer droit_Ouvrir le ien dans un nouvel onglet_Pour écouter: http://www.deezer.com/listen-566733

Posté par Lloas à 10:00 - - Permalien [#]
Tags :

mercredi 16 décembre 2009

Le lever du coeur

Le lever du coeur

Comme il est doux de savoir que l'on n’est pas aussi inutile que l'évidence malhonnête nous le laissait entrevoir...

Un matin froid, gris, hivernal, mais... cette chaleur mauve et renaissante...

A la lueur de la petite lampe, compagne des écritures, un moment de paix franche et sans culpabilité, un espoir de gagner sur la lourde trahison

Le combat contre la folie incompréhensible qui pourfend les attachements les plus solides,

la lutte pour ces insignifiantes joies qui atténuent, glorieusement,  la colère du chagrin,

la guerre contre l’injustice évidente qui détruit les certitudes les plus loyales,

la bataille pour ces petits moments sereins qui remplissent, victorieusement, la solitude du vide…

La confiance en la vie qui n’épargne rien ni personne mais qui offre, en un incontrôlable et fascinant revers de médaille, la talentueuse victoire de ses possibles…

Comme il est beau, certain matin, le lever du coeur…

 

signature_Lloas 16 décembre An IX

Posté par Lloas à 09:51 - - Permalien [#]
Tags :

vendredi 11 décembre 2009

Le père Noël

Ce que je me rappelle parfaitement, c'est la croyance absolue que j'avais à la descente par le tuyau de la cheminée du petit père Noël, bon vieillard à barbe blanche qui, à l'heure de minuit, devait venir déposer dans mon petit soulier un cadeau que j'y trouverais à mon réveil. Minuit ! cette heure fantastique que les enfans ne connaissent point, et qu'on leur montre comme le terme impossible de leur veillée ! Quels efforts incroyables je faisais pour ne pas m'endormir avant l'apparition du petit vieux ! J'avais à la fois grande envie et grand'peur de le voir ; mais jamais je ne pouvais me tenir éveillée jusque-là, et le lendemain mon premier regard était pour mon soulier au bord de l'âtre. Quelle émotion me causait l'enveloppe de papier blanc ! car le père Noël était d'une propreté extrême, et ne manquait jamais d'empaqueter soigneusement son offrande. Je courais, pieds nus, m'emparer de mon trésor. Ce n'était jamais un don bien magnifique, car nous n'étions pas riches. C'était un petit gâteau, une orange, ou tout simplement une belle pomme rouge. Mais cela me semblait si précieux, que j'osais à peine le manger. L'imagination jouait encore là son rôle, et c'est toute la vie de l'enfant.


Je n'approuve pas du tout Rousseau de vouloir supprimer le merveilleux, sous prétexte de mensonge. La raison et l'incrédulité viennent bien assez vite, et d'elles-mêmes; je me rappelle fort bien la première année où le doute m'est venu, sur l'existence réelle du père Noël. J'avais cinq ou six ans, et il me sembla que ce devait être ma mère qui mettait le gâteau dans mon soulier. Aussi me parut-il moins beau et moins bon que les autres fois, et j'éprouvais une sorte de regret de ne pouvoir plus croire au petit homme à barbe blanche. J'ai vu mon fils y croire plus longtemps ; les garçons sont plus simples que les petites filles. Comme moi, il faisait de grands efforts pour veiller jusqu'à minuit. Comme moi, il n'y réussissait point, et comme moi, il trouvait au jour le gâteau merveilleux pétri dans les cuisines du paradis. Mais pour lui aussi la première année où il douta fut la dernière de la visite du bonhomme. Il faut servir aux enfans les mets qui conviennent à leur âge et ne rien devancer. Tant qu'ils ont besoin de merveilleux, il faut leur en donner. Quand ils commencent à s'en dégoûter, il faut bien se garder de prolonger l'erreur et d'entraver le progrès naturel de leur raison.

George Sand

Histoire de ma vie (Edition Gallimard) histoire_de_ma_vie_sand_gallimard

Posté par Lloas à 10:10 - - Permalien [#]
Tags :

jeudi 10 décembre 2009

Noël

noel

Scintillement des cœurs

Rayonnant de ferveur

Eclat de nos tendresses

Etincelant d’amour

Reflet de nos envies

Eclairant nos désirs

Lueur de nos possibles

Irradiant nos espoirs

Miroir de nos joies

Reflétant nos sourires

Lumière de nos enfances

Illuminant nos vies.

 

signature_Lloas10 décembre An IX

 

Posté par Lloas à 09:15 - - Permalien [#]
Tags :