Lloas

Acueil Blog XIV

Posté par Lloas à 07:05 - Permalien [#]


mardi 9 juin 2015

Prière profane

prière profane

Petit, te voilà Grand
Que les voûtes ancestrales
Te protègent
Que la beauté des pierres
Te rendent fier
Que les couleurs vitrées
Egaient ton chemin
Que les mots prononcés
Ne soient que vérités
Que tout ce qui te touche
Ne soit que justice
Que ceux qui étaient là
Et ceux qui n'y étaient pas
Te restent fidèles
Qu'envers et contre tout
Dans la générosité et la liberté
Ta Vie soit Belle.

Lloassignature 7 juin An XV, pour Maxence 

 

Posté par Lloas à 09:47 - - Permalien [#]
Tags :

mardi 2 juin 2015

Que sont mes amis devenus...

Que sont mes amis devenus

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est advenu

Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

L'espérance de lendemains
Ce sont mes fêtes

Rutebeuf

Extrait adapté en français moderne de  "La Griesche d'hiver"_Edition Poésie/GallimardRutebeuf_Poèmes de l'infortune et autres poèmes

Mis en musique par Léo Ferré / pour écouter, cliquer sur l'image...léo-ferré-pauvre-rutebeuf-(que-sont-mes-amis-devenus)-50436659

Posté par Lloas à 09:18 - - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 30 mai 2015

Les gens comme ça

Les gens comme ça

Il y a des gens comme ça
Qui n'ont pas les enfants
Qu'ils voulaient...

Parce que les gens comme ça
Se sont laissés rêver
A des enfants parfaits...

Parfaits
Parfaitement...

Mais tous ces gens comme ça
Ont perdu les miroirs
De la mémoire...

Parce que ces gens comme ça
N'ont pas été parfaits
Comme leurs parents les voulaient

Parfaits
Parfaitement...

Et tous ces gens comme ça
Cherchent l'enfant parfait
Qu'ils voulaient être...

A tous ces gens comme ça
Qui resteront toujours
D'imparfaits insatisfaits

Je veux écrire aimer
Je veux écrire sourire
Je veux écrire confiance
En l'avenir...

Lloassignature 30 mai An XV, pour mes enfants 

Posté par Lloas à 08:39 - - Permalien [#]
Tags :

vendredi 29 mai 2015

Il a dit...

RireS

Posté par Lloas à 12:59 - - Permalien [#]
Tags :

mardi 26 mai 2015

La peur

Semeur à la volée_Van GoghSemeur à la volée_Vincent Van Gogh

Comme il était fier le jardinier! Comme il était fort, comme il était grand!

Il avait planté cette graine d'enfant sans savoir trop pourquoi... ni quand...

Mais il lui était poussé ce petit naissant et il le voyait grandir, il était charmant...Lui, était content.

Et puis le temps, le vent, les choses avaient changé...Des rageurs menaçaient que rien n'était plus comme avant...

Errant parmi les faucheurs, les mangeurs, les douleurs, le jardinier et son enfant ont perdu l'horizon du bonheur...

Alors, ce petit, du jardinier si fier, si fort, si grand, s'est flétri avant l'heure et il sème à tous vents...la peur.

Lloassignature 26 mai An XV

Posté par Lloas à 20:16 - - Permalien [#]
Tags :

jeudi 21 mai 2015

J'entends j'entends...

J'entends j'entends le monde est là
Il passe des gens sur la route
Plus que mon coeur je les écoute
Le monde est mal fait mon coeur las

Faute de vaillance ou d'audace
Tout va son train rien n'a changé
On s'arrange avec le danger
L'âge vient sans que rien se passe

Au printemps de quoi rêvais-tu
On prend la main de qui l'on croise
Ah mettez les mots sur l'ardoise
Compte qui peut le temps perdu

Tous ces visages ces visages
J'en ai tant vu des malheureux
Et qu'est-ce que j'ai fait fait pour eux
Sinon gaspiller mon courage

Sinon chanter chanter chanter
Pour que l'ombre se fasse humaine
Comme un dimanche à la semaine
Et l'espoir à la vérité

J'en ai tant vu qui s'en allèrent
Ils ne demandaient que du feu
Ils se contentaient de si peu
Ils avaient si peu de colère

J'entends leurs pas j'entends leurs voix
Qui disent des choses banales
Comme on en lit sur le journal
Comme on en dit le soir chez soi

Ce qu'on fait de vous hommes femmes
O pierre tendre tôt usée
Et vos apparences brisées
Vous regarder m'arrache l'âme

Les choses vont comme elles vont
De temps en temps la terre tremble
Le malheur au malheur ressemble
Il est profond profond profond

Vous voudriez au ciel bleu croire
Je le connais ce sentiment
J'y crois aussi moi par moments
Comme l'alouette au miroir

J'y crois parfois je vous l'avoue
A n'en pas croire mes oreilles
Ah je suis bien votre pareil
Ah je suis bien pareil à vous

A vous comme les grains de sable
Comme le sang toujours versé
Comme les doigts toujours blessés
Ah je suis bien votre semblable

J'aurais tant voulu vous aider
Vous qui semblez autres moi-même
Mais les mots qu'au vent noir je sème
Qui sait si vous les entendez

Tout se perd et rien ne vous touche
Ni mes paroles ni mes mains
Et vous passez votre chemin
Sans savoir ce que dit ma bouche

Votre enfer est pourtant le mien
Nous vivons sous le même règne
Et lorsque vous saignez je saigne
Et je meurs dans vos mêmes liens

Quelle heure est-il quel temps fait-il
J'aurais tant aimé cependant
Gagner pour vous pour moi perdant
Avoir été peut-être utile

C'est un rêve modeste et fou
Il aurait mieux valu le taire
Vous me mettrez avec en terre
Comme une étoile au fond d'un trou

Louis Aragon

Edition Poésie/Gallimard _Extrait Les poètes_Louis Aragon (2)

Posté par Lloas à 11:28 - - Permalien [#]
Tags :

lundi 18 mai 2015

Passé Présent

IMG_0289Train de l'Ardèche_photo Lloas

La vieille Dame de fer
Gagne nos coeurs d'enfants
Et le strident sifflet
Engage le voyage
Et la blanche fumée
Enveloppe nos rêves
Et la lourde machine
Entraîne sans faiblir
Son ruban de wagons
Et le roulement de fer
Rythme le temps
Passé
Présent.

Lloassignature 8 mai An XV

Posté par Lloas à 09:03 - - Permalien [#]
Tags :